Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 07:43

.

.

.

Ca y est , c'est fait; nous avons réussi notre périple à vélo Amiens Mont Saint Michel, les 20 et 21 juin 2014. Cela nous a permis de relier les 3 baies ; la baie de Somme, de Seine et du Mont. Celle que je préfère est celle de.... Je vous laisse le soin de deviner.

Donc vendredi 20 juin, nous quittons à 4 la maison à Salouël vers 7h10; nous avons pris quelques minutes de retard. 4 qui sont: Alain, Jean François, Maxime et Guy, tous membres du Team Samara Cyclisme.

Il fait encore assez frais, je suis obligé de mettre les manchettes. Le parcours a été concocté par Alain: on va donc rejoindre la baie de Somme ( Saint Valéry sur Somme ), puis Honfleur, notre première étape, aprés avoir franchi le Pont de Normandie.

Le parcours le long de la Somme se fait assez rapidement. C'est plat et les routes que nous empruntons sont peu fréquentées et originalité imposée par Alain; nous longeons le canal de la Somme par le chemin de halage complétement goudronné entre Abbeville et Saint Valéry sur Somme. Je n'ai jamais encore pris ce chemin. La route est toute droite sur environ 18 km.

Nous arrivons donc à Saint Valéry sur Somme, vers 9h30 et nous avons une belle surprise. Nous rencontrons l'oncle de Jean François et Alain ( ils sont cousins). C'est aussi un sportif, il fait beaucoup de vélo et d'autres sports d'endurance.

la Somme à Saint Valéry et nous 4 avec Claude l'oncle de Jean François et Alain.
la Somme à Saint Valéry et nous 4 avec Claude l'oncle de Jean François et Alain.

la Somme à Saint Valéry et nous 4 avec Claude l'oncle de Jean François et Alain.

Nous continuons donc notre route en longeant la côte. Le vent que nous avions un peu de coté se retrouve dans le dos et va forcir un peu.

Nous passons sans souci Cayeux, Ault, et les villes soeurs. Jusque là, je connaissais, car je me suis déjà entraîné dans cette partie de la Somme.

A partir de maintenant, je connais moins mais je me repère par rapport à des endroits où j'ai déjà fait une course les années précédentes (Penly)

Nous avons fait environ 100 km, nous arrivons à Criel sur Mer. Nous avons tous une pensée pour Hubert: le frère de Claude. J'avais emmené une photo où il était entouré de ses deux neveux Alain et Jean François. Je pense que dans leurs coeurs je dois parfois le remplacer. Ca me rend plus fort et déterminé à faire se périple.

Comme il est 11h, et que je ne veux pas entamer trop mes réserves alimentaires, nous achetons des sandwichs dans une brasserie sur le bord de mer. Ce petit goût salé me fait du bien et cela me redonne du tonus pour repartir de plus belle.

Sur un banc au bord de mer

Sur un banc au bord de mer

Nous reprenons notre route, toujours le long de la côte. De ce fait le dénivelé est important. En effet à chaque ville, station balnéaire, nous devons descendre le plateau crayeux qui surplombe la mer puis le remonter. C'est l'orginalité de cette route. Heureusement dans les parties montantes nous avons le vent dans le dos, phénomène de brise de mer localisée bien connue des marins.

Nous traversons Dieppe dans l'aprés midi, nous sommes à plus de la moitié de notre parcours. C'est ce que je pensais à ce moment; en réalité il reste encore 165km , nous avons fait seulement 125 km.

Nous quittons Dieppe sans s'y être arrétés. Nous remontons donc vers le plateau et à partir de ce moment la sucession de descentes et montées vers les villes de bord de mer s'accélère. Je cite: Veules les Roses, Veulette sur mer, Saint Pierre en Port,Fécamp.

A Veules les Roses, nous faisons une petite pause pour faire quelques photos originales. Le ciel est bleu, la mer est d'azur, le soleil est de la partie.C'est une chance.

 Un arrêt à Veules les Roses pour déguster une bonne glace.
 Un arrêt à Veules les Roses pour déguster une bonne glace.

Un arrêt à Veules les Roses pour déguster une bonne glace.

Nous arrivons donc à Fécamp, il est environ 17h.

Nous avons faim et nous décidons de manger des frites sur le port.

C'est agréable nous sommes toujours vivants malgré les 200 km parcourus.

D'aprés nos calculs il nous reste 60 km à parcourir, mais cela s'avèrera faux. Nous restons sur place environ 1 heure.

Oups la fatigue est tout de même présente

Oups la fatigue est tout de même présente

Nous repartons, le petit groupe composé de 4 cyclistes commence à en avoir plein les jambes. Je sens Maxime faiblir. De plus pour quitter Fécamp et éviter un détour de 10 km, nous empruntons une petite route trés sinueuse et trés pentue; avec des passages à prés de 20%.

Avec mon 39 x 23, c'est un peu dur. Je dois m' arcbouter sur les pédales, mais heureusement ce n'est pas long. Il y a aussi une barrière à franchir qui oblige à descendre de vélo. Quel phénomène Alain qui nous a concocté le parcours!

Et nous voilà repartis vers le Havre par Etretat et le cap d'Antifer. Nous prenons la route touristique et non la route principale. Elle est balisée mais zigzague plus. Suite à un arrêt technique, Maxime prend de l'avance pour éviter qu'on l'attende. Nous devons accélérer notre vitesse pour le rattraper avant Etretat. C'est assez surprenant malgré les km emmagasinés de pouvoir encore avoir de la pêche. je me surprends beaucoup. Ouf nous le rattrapons juste avant Etretat.

Etretat vu d'en haut ( photo prise le dimanche au retour)

Etretat vu d'en haut ( photo prise le dimanche au retour)

Nous continuons notre route vers le Havre. Une scène insolite va alors se passer dans la banlieue de cette ville. Lors d'une ultime montée, nous devions avoir alors prés de 2200 m de dénivelé, un cycliste en jogging nous suit, voir nous dépasse.

Cela nous vexe un peu. Alain pousse Maxime pour monter et le lâcher, Jean François suit. Voyant qu'il me colle je place une accélération pour le lâcher. Ouf il n'est plus dans mes roues. Ben, même si on a mal aux jambes; on est des coursiers tout de même.

On descend donc vers le Havre et nous devons trouver le chemin à travers la zone industrielle portuaire du Havre pour rejoindre le pont de Normandie situé à plus de 20km.

Aucune indication ne permet de trouver son chemin facilement. C'est une honte, on se perd , on demande sa route... Ouf, Alain a déjà fait le parcours dans l'autre sens il y a 2 ans et se repère de nouveau.

Mais que c'est long ces derniers km.

Enfin le pont de Normandie est en vue.

Pour accéder à la piste cyclable , il faut emprunter des escaliers et oui il faut le faire. La piste est trés étroite et longe sans protection la voie autoroutière.

Le vent dans le dos, facilite la montée. Arrivés au sommet, nous n'échappons au rituel des photos.

CA Y EST, VICTOIRE ! Mon rêve de traverser la Seine sur le pont de Normandie se réalise et en plus aprés plus de 280 km de vélo.

Sur le pont de Normandie

Sur le pont de Normandie

Encore quelques km et nous sommes arrivés à Honfleur , il est plus de 21h.

Nous avons donc pris du retard par rapport à notre timing initial; environ 2h.

D'une part le parcours fait 25 km de plus que prévu.

L'arrêt à Fécamp a duré 1h15 au lieu de 3/4h

Et d'autre part nous avons perdu beaucoup de temps au Havre pour trouver le chemin du pont de Normandie.

Mais, nous sommes trés contents, 290 km depuis la maison à prés de 27 km/h de moyenne et plus de 2200 m de dénivelé positif. Demain sera un autre jour, avec une étape de 160 km à travers la Suisse Normande.

En attendant , nous épouses, chéries ou copines, sont allées manger à Honfleur. elles rentrent et nous voient bien fatigués.

Nous dormons dans un hôtel "Première Classe"; les chambres sont vraiment petites.

Je m'endors rapidement; la suite du périple prochainement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Guy.Vasseur
  • Guy.Vasseur
  • : Vous allez suivre mon entraînement et mes compétitions cyclistes, course à pied et triathlon
  • Contact