Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 17:22

Mes obligations familiales et de conseiller municipal, ne me permettaient pas de faire une course ce week end. Heureusement la calendrier de l'Oise proposait un critérium vendredi soir.

Je m'inscris pour éviter de rester 15 jours sans compétition. Mais je n'aime pas du tout ce genre de course et les conditions de préparation ne sont pas optimales.

En effet , j'ai une réunion pour le travail de 14 à 16 heures. Je file vers Saint Crépin ,20 km au sud de Beauvais, mon matériel était prêt dans la voiture depuis la veille. Je mets 3/4 h , je me change et à 17h05 je suis sur mon vélo pour un bon échauffement. Je fais monter le coeur , car il faut être au top dés le début de la course.J'en profite pour manger du gatosport qui se digère même 1 heure avant la course.

Cette course se déroulant dans l'oise, les gros clubs locaux sont bien représentés; il y a de bons cyclistes et même de très jeunes cyclistes ( c'est vraiment étrange ces catégories de valeur ).

Je suis relativement serein, au début de la course. Je discute même avec une féminine qui court avec nous, c'est la copine à Catherine. On est tellement bavard que l'on se fait rappeler à l'ordre par le speaker.

Les 3 partent devant nous, et nous attendons trop longtemps avant de partir à mon goût , cela n'a pas manqué, ils nous ont rattrapé vers la fin de la course.

Comme toujours cela démarre sur les chapeaux de roues, , je reste au milieu du peloton qui compte une cinquantaine de cyclistes.Dés le deuxième tour , je remonte tout le peloton et je place une attaque ; une petite folie. Je suis aussitôt contré et les contre attaques fusent de toutes parts; le  peloton explose. Je suis limite , mais je résiste plutôt bien.C'est le tour le plus rapide.

Pendant quelques tours je rétrograde, il est difficile de rester devant. Il faut tenir, c'est dur je souffre, mais ouf cela ralentit au bout du 5ème tour.

L'intensité des attaques est plus faible, mais il faut résister aux différentes relances.

Aucune échappée ne résiste au retour du peloton, surtout sur la partie contre le vent où l'effet d'aspiration est maximal. Je me fais engueuler par un cycliste, car je laisse un trou après une relance. Je lui réponds "vas y au lieu de ratonner derrière" .Il faut dire qu'il voyait que je ramenais souvent le peloton en prenant un peu trop le vent. Mais j'avais de bonnes jambes . Et puis j'étais là pour m'entrainer plus que pour courir.

A l'avant dernier tour, je décide d'attaquer, je fonce de toutes mes forces, je me dis: "je vais essayer de tenir 3 km comme cela". Mais la partie contre le vent est fatale comme depuis le début pour chaque échappée. Je me fais rejoindre. Je me dis Guy il faut tenir , je saute dans les roues. J'ai vraiment un grand coup de fatigue . Il ne reste plus qu'un tour , je me dis que je vais exploser.

Mais au dernier tour, je suis surpris d'être encore là au milieu du peloton, qui avance vers un sprint massif.

Au dernier virage avant la ligne d'arrivée, je suis plutôt mal placé. Mais je me dis que je dois sprinter comme les autres. je finis dans le premier paquet.

Paradoxalement, la course terminée, je ne suis pas vraiment fatigué, en fin de compte: c'est du rythme ce genre de course et non de l'endurance.

Ca m'a fait du bien .

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Vasseur - dans Compétition
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Guy.Vasseur
  • Guy.Vasseur
  • : Vous allez suivre mon entraînement et mes compétitions cyclistes, course à pied et triathlon
  • Contact