Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 18:49

.

.

.

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 17:26

.

.

.

Je viens de terminer mon premier marathon et je me lance dans une nouvelle aventure.

Tout l'hiver en complément de la course à pied j'ai fréquenté avec Jean François la piscine tous les vendredis midis. De plus j'ai continué à courir un peu. Dans le cadre de ma préparation cycliste, j'ai repris l'entraînement vélo. J'ai parcouru depuis le 1er mars plus de 750 km. Donc je nage, cours et pédale. le triathlon s'est donc imposé.

Je me suis donc inscrit à mon premier triathlon qui se déroulera à Beauvais capitale picarde de ce sport. Il se déroulera le 3 avril 2016.

Pour aborder ce sport et pour ne pas commencer par trop de difficultés , nous avons choisi avec Jean François ce triathlon S pour les raisons suivantes:

-Beauvais se situe à 1/2h de la maison

-La natation se déroule dans une piscine

-La distance est S : 750.20.5 soit pour les non initiés 750m de natation ( 15 longueurs ) 20 km de vélo en mode CLM ( il sera interdit de prendre des roues ) et 5 km de course à pied.

Pour cela nous avons acheté une tenue trifonction qui permet de faire les 3 disciplines sans se changer

Jean François et moi en tenue tri fonction SKINS

Jean François et moi en tenue tri fonction SKINS

Nous avons choisi la tenue tri fonction SKINS TRI 400 car je connaissais déjà cette marque pour avoir acheté un cuissard long de compression et nous avons eu un peu par hasard une super promo 119 euros les 2 au lieu de 170 euros l'unité prix catalogue ou 120 euros sur des sites de vélos. On a donc fait une bonne affaire.

Mon objectif pour ce premier triathlon est de réussir toutes les transitions et de faire un temps raisonnable ( je serai loin du premier ).

Natation: 750 m en 22 minutes car je nage la brasse je n'arrive pas à crawler aussi vite et dés que j'ai un souci je me remets aussitôt en mode brasse : c'est ma nage d'apprentissage.

Vélo: 20 km en 36 minutes soit 34 de moyenne.

Course à pied: 5 km en 26 minutes soit une allure de 5'12'' au km.

soit un total de 84 minutes auquel j'ajoute les transitions: Donc en 1h30.

Je ne manquerai pas de vous faire un article de cette première expérience. Souhaitez nous bonne chance et de prendre du plaisir et c'est surtout cela qui compte.

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 21:13

.

.

.

Ce dimanche 28 février 2016 est un très grand jour dans ma vie sportive: j'ai réussi à terminer mon premier marathon en 4h20 malgré les conditions climatiques difficiles.

Ce projet a démarré début octobre 2015 en suivant un programme d'entrainement de plus de 50 sorties, 600 km et 2 compétitions en mode trail.

Afin d'associer mon épouse à ce défi, j'ai souhaité le faire à Malte: petite ile état au sud de la Sicile .

De plus je voulais ne pas trop perturber ma saison vélo qui démarre souvent en fin de mois de mars.

La météo est en général agréable avec une température entre 12 et 16 degrés.

Donc ce marathon de Malte le 28 février répondait à tous ces critères.

Dés le vendredi 26 février, nous décollons de Roissy pour une arrivée vers midi à Malte.

Dés le soir je fais une petite sortie sur le front de mer, face à l'hôtel pour me dégourdir les jambes.

Samedi matin; nous visitons la vieille ville de MDina: lieu de notre départ prévu à 7h 45.

Cela nous permet de reconnaitre un peu le parcours et de voir le profil. Il paraît bien accidenté.

Au retour après un bon repas et un petit tour au bord de mer, je me repose dans ma chambre des 16h.

Comme le lieu de départ est à une vingtaine de km de l'arrivée; nous devons prendre une navette à 6 heures, ce qui nous oblige à nous lever dès 5h heures mais l'hôtel nous avait préparé un bon petit déjeuner. Je ne prends pas de café pour éviter des soucis urinaires.

Entre temps pendant la nuit, les conditions climatiques changent. le vent se lève en tempête et la température augmente.

Dés 6 h il fait déjà 15 degrés. Je décide donc de mettre la tenue la plus légère et de ne pas emporter mon GPS pour laisser la place à des tubes de gels et barres de pâte d'amandes.

Donc dés 6h 45 nous sommes au départ environ 650 participants.

Il y a le vent qui souffle fort qui donne une sensation de froid. Heureusement j'avais emporté un vieux t shirt que j'abandonnerai sur place au moment du départ.

Nous cherchons à nous protéger du vent. En effet nous sommes 3 du groupe Coureurs sans frontière à participer au marathon; les autres faisant le semi.

le groupe de coureurs

le groupe de coureurs

Une petite séance de réveil musculaire en musique est proposée; je la suis partiellement sans forcer.

Dès 7h30 le starter donne le départ. Je suis un peu stressé, je ne fonce pas malgré le flot important de coureurs qui me doublent. 42.2 km c'est long.

Il commence à faire plus chaud mais le vent ne faiblit pas. Parfois des rafales nous déstabilisent et surtout freinent notre progression; car nous l'avons souvent de face.

Je me ravitaille au premier ravitaillement en attrapant une bouteille que l'on me tend mais je ralentis pour ne pas me rater et de bien avaler l'eau. J'ai d'ailleurs pris la décision de le faire à chaque poste de ravitaillement.

Au bout d'une heure au second ravitaillement je suis dans le bon tempo comme le montre la photo. Comme je suis plutôt bien régulier et je l'ai prouvé lors de mes entrainements; je suis confiant.

A mi parcours cela se corse pour 2 raisons:

- après avoir tourner autour du stade de foot nous repassons au même endroit et j'aperçois l'endroit de notre départ.

- de nombreux passages vent de face nous obligent à courir le long des murs ,cela monte sans aucun abri et je me retrouve seul à courir avec 2 coureurs devants à 100 m et quelques coureurs derrière.

Je prends un grand coup sur la tête: le doute m'envahit: Et si je n'arrivais pas. De plus il fait de plus en plus chaud.

Néanmoins, je rejoins le parcours du semi marathon ou je rattrape les marcheurs et les retardataires du semi qui empruntent la fin du parcours du marathon. J'ai fait plus de la moitié du parcours et le moral revient.

Le mur des 30 km est venu plus tôt et le fait de doubler tous ces marcheurs me donnent des forces. mais je m'arrête à tous les ravitaillements pour bien boire j'en profite pour marcher quelques secondes.

Je continue à avancer mais après avoir doubler ces marcheurs, je me retrouve isolé et avec ce vent ce n'est pas facile. Je gamberge un peu, mais comme je me rapproche de la fin, je suis plus confiant. J'ai mal aux jambes, mais je n'y pense pas.

A un moment je rattrape un italien qui a une façon bizarre de courir: Il accélère puis marche mais en fin de compte il va à la même vitesse que moi. Mais la fin est dure d'autant que cela n'arrête pas de monter et descendre. Il finit par craquer et je ne le vois plus.

A 2 km de l'arrivée, ma moyenne a bien baissé; je ne le ferai pas en 4 h comme je le souhaitais.

aprés 1 heure de course, l'allure est bonne

aprés 1 heure de course, l'allure est bonne

à 2 km de l'arrivée, l'allure a bien baissé

à 2 km de l'arrivée, l'allure a bien baissé

Mais 4 coureurs me doublent à cet instant; ils me prennent 100 m environ et je les vois accélérer.

Je décide de les rattraper et je me dis que je finirai devant eux . Après plus de 40 km j'ai la force de sprinter et je finis juste devant eux.

a l'arrivée 4.21.30 au temps officiel auquel j'enlève le temps de passer la ligne de départ

a l'arrivée 4.21.30 au temps officiel auquel j'enlève le temps de passer la ligne de départ

Ce fut un marathon dur, à cause du vent et du profil. Un membre du groupe qui d'habitude met 3h30 l'a fait en 3h50. Cela me réconforte de ma petite déception d'être loin de 4h.

Dur en effet , nous avons croisé de nombreuses ambulances sur le parcours et un anglais n'a pas pu être réanimé à l'arrivée et décèdera lors de son transfert à l'hôpital.

Mais je suis fier d'avoir réussi ce marathon; malgré la météo et les petites erreurs de préparations qui ont un impact important lorsqu'on doit courir 42.2 km.

MERCI Martine mon épouse d'avoir accepté de m'accompagner et d'avoir subi mes sautes d'humeur dues au stress d'avant la course. Dés le dimanche après midi, nous sommes allés manger une bonne glace. J'ai encore le goût en bouche.

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 18:59

.

.

.

.

Depuis le mois d'octobre, je m'entraine assidûment à la course à pied pour faire un marathon le 28 février 2016 à Malte.

C'est un projet qui me tenait à cœur depuis plusieurs années: être un marathonien.

En effet, je veux effectuer ce genre de défi tant que j'ai la santé.

Donc depuis octobre 2015, j'ai fait plus de 600 km d'entraînement en une cinquantaine de sorties.

De plus, je me suis fixé l'objectif de le faire en moins de 4 heures; soit une allure moyenne de 5 minutes 41 secondes au km.

En octobre je faisais péniblement 9 km en une heure et petit à petit j'ai réussi à progresser. Mon dernier résultat dans un trail l' a démontré ; 11 km en 1h 01'28'' avec des passages dans le marais et des petits talus à monter avec des marches.

mais l'entrainement ne suffit pas, il faut un peu de compétition : J'ai donc réalisé 3 trails dont 2 de nuit.

Mon tout premier trail: La médiévale s'est déroulée le 11 décembre 2015 à coté de la forêt de Crécy . Comme je suis arrivé 10 minutes avant le départ, avec mon loulou nous sommes partis derniers du groupe de 700 participants. Nous avons terminé 325 en 1h39 pour faire les 15 km prévus. Ce fut une expérience difficile car je n'avais pas de chaussures de trail

Mon loulou qui m'a accompagné lors de mon premiet trail ( photo prise au trail de Belloy )

Mon loulou qui m'a accompagné lors de mon premiet trail ( photo prise au trail de Belloy )

Mais pour progresser vraiment il faut persévérer.

Le 31 janvier, je décide de parcourir le trail des Noctambules à Ailly sur Noye.

Je n'ai pas répété les mêmes erreurs, j'ai acheté une paire de chaussures de trail, je me suis échauffé avant la course et j'ai fait un petit repérage des lieux avant.

Le résultat fut à la hauteur de mon investissement. En effet de longues montées étaient au programme ce qui me favorisent. Je termine donc 185 sur 584 au scratch pour 11.5 km en 1 heure 9 minutes et 22 secondes et surtout 10 dans ma catégorie v2.

A l'arrivée sur le tapis de détection de la puce.

A l'arrivée sur le tapis de détection de la puce.

Dimanche 14 février , je fais plaisir à mon loulou qui habite Belloy et je participe au trail de son village. Je me suis bien dépouillé, je me suis même pris une branche qui m'a blessée à l'arcade sourcilière; toujours impressionnant par le sang. je termine 55 sur 113 au scratch. J'ai parcouru les 11 km en un peu plus de 1 heure.

Ce dernier résultat montre ma progression en quelques mois.

J'ai vraiment tout donné sur la fin

J'ai vraiment tout donné sur la fin

Hier j'ai fait un dernier entraînement 14 km en allure marathon, mais il faisait très froid. J'ai du raccourcir un peu, je l'ai fait en 1 h 18 minutes avec des montées et descentes, sur les trottoirs en traversant de multiples carrefours et seul. A ce rythme je peux viser les 4h.

D'autant que j'ai réalisé une longue sortie de 30 km mi janvier en moins de 3h toujours seul.

D'ici mon départ prévu le 26 février, j' ai prévu de petits footing en allure lente pour conserver le rythme tout en faisant du jus pour le jour j.

Je ferai bien sur le compte rendu de ce nouveau défi. Marathonien je n'en reviens pas !

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 20:26

.

.

.

Samedi 16 mai je participe à une course prés d'Abbeville à Port le Grand, le jour de mes 57 ans. Cela fait déjà plus de 15 jours, mais j'ai un nouveau travail très prenant qui occupe mon temps et quand je rentre le soir, je n'ai plus la force mentale d'écrire. Mais aujourd'hui, je me suis forcé.

Donc on doit parcourir 7 fois un circuit d'environ 8 km avec une belle côte de 500m de prés de 10% de pente. L'arrivée se situe au 2/3 de la bosse. Cette course comprend aussi un meilleur grimpeur.

Nous sommes une trentaine au départ, le temps s'éclaircit au départ et le vent d'ouest s'amplifie.

Je ne vais pas décrire en détail la course, mais je participe à tous les sprints du mg; je fais toujours entre 3 et 5, je vais d'ailleurs terminer 3ème à l'issue des 6 montées, car la première trop prés du départ est neutralisée.

Au dernier tour, je suis emmené par Olivier de mon club qui a d'ailleurs gagné le MG. Je suis dans sa roue. A environ 500 m de l'arrivée il me laisse . Je sais, que je suivi par un coureur qui connait bien le parcours, car il habite dans le village d'à coté. A 100 m de la ligne, je suis toujours devant, je ne sais pas vraiment quoi faire, d'autant que nous sommes trois, à vouloir à tout prix, gagner la course.

Il me place donc une mine, il prend 10 m, j'essaie de réagir, mais je suis un peu dans le dur , Je donne tout je termine 2 et je m'écroule après la ligne . En analysant ma course après, je vois que mon cœur est monté à 187 bpm; j'étais donc à bloc.

Je suis un peu déçu, je voulais tellement gagner cette course le jour de mon anniversaire , en plus une nouvelle course ( j'aurais été le premier au tableau ) et comme vous le savez, car vous êtes des fidèles lecteurs, je n'ai jamais encore gagné.

J'ai du sûrement faire des erreurs mais pendant ses instants, comment aurais du réagir ? Je ne le sais toujours pas. Mais soyons positif, enfin un résultat.

Le podium

Le podium

Depuis cette date, j'ai participé à d'autres courses mes places oscillent entre 8 et 6.

Dimanche 31 mai , j'ai participé au championnat départemental Ufolep; je fais 13, mon meilleur résultat depuis que je fais du vélo. Mes places auparavant étaient 40 en 2012, 25 en 2013 21 en 2014. Je progresse donc mais je reste très loin du vainqueur qui d'ailleurs est en 1ère catégorie.

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 16:47

.

.

.

Chaque dimanche ou samedi, je participe donc à une course. Je suis régulièrement placé, mais je n'arrive pas a être dans le top 5.

Entre temps il faut s'entraîner et surtout faire du vélo ,pour le plaisir. J'alterne donc les sorties en fonction du temps libre, de la météo et des cyclistes qui veulent bien rouler avec moi, même si je roule régulièrement seul.

Je vais donc décrire deux types de sorties.

La sortie par très beau temps en groupe nous permet de décompresser, de voir du pays et de faire de plus longues distances.

Mi-avril, une période de très beau temps a sévi dans ma région: nous sommes donc allés à la mer à 5. Pascaline, la championne nationale UFOLEP de CLM nous accompagne; elle habite à deux pas de la maison.

Nous avons fait 140 km entre Amiens et Saint Valéry sur Somme; c'est le vélo plaisir même si avec Alain, on n'oublie pas le rythme de la compétition.

Avec Pascaline tout sourire

Avec Pascaline tout sourire

Alain, Jean François, Pascaline et moi; Benoit prend la photo

Alain, Jean François, Pascaline et moi; Benoit prend la photo

Mais il faut travailler ses points faibles; donc toutes les semaines je fais un entraînement spécifique: sprint. A deux c'est plus sympathique que seul et on est plus motivé. J'ai donc récemment emmené Victor que j'ai rencontré à la course d'Epaumesnil. je lui avais offert une crêpe.

Nous avons donc entrepris des petits jeux en empruntant des routes calmes sans voiture à environ 25 km d'Amiens. On lance chacun son tour un long sprint; le but étant: celui devant tient le plus longtemps et celui derrière saute sur la ligne. C'est rigolo.

Mais on profite, entre deux sprints, pour visiter les lieux. Le moulin à eau est abandonné, vu l'état des bâtiments c'est vraiment dommage.

En arrière plan le moulin à eau de Frémontiers.

En arrière plan le moulin à eau de Frémontiers.

C'est en travaillant comme cela que je pense progresser; on verra si cela porte ses fruits lors des prochaines courses.

Donc à bientôt sur ce blog pour suivre avec moi cette progression.

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 20:28

.

.

Depuis le 21 mars je participe tous les weekends à une course.

Après un bon début de saison, j'ai un peu de mal à suivre le rythme des courses.

Le dimanche 14 avril, j'ai participé à une course difficile; la première manche du challenge de la Cantonale à Rotangy petit village de l'Oise à coté de Crèvecoeur.

Le circuit était usant avec des routes étroites, des montées et un retour par une route large sur le plateau en plein vent.

Le circuit est long; c'est la spécialité de ce challenge ( prés de 15 km ), on va le parcourir 4 fois.

Une échappée s'est formée et je ne l'ai pas vu, j'ai essayé de revenir en prenant des relais longs et appuyés, j'ai même essayé de sortir dans la côte; mais je n'avais pas cette niaque nécessaire pour y arriver.

je sors dans la côte

je sors dans la côte

En fin de compte cela se termine au sprint et je termine 13ème.

Le samedi 20 avril, je participe à la course de Gaudechart toujours dans l'Oise.

Il y a beaucoup de vent.

Au deuxième tour, dans une bordure je dois boucher des trous successivement. Au moment ou je dois me dépouiller pour sauter dans la roue, je ressens un mal de ventre tellement douloureux que je dois ralentir.

Je laisse filer, je termine le tour en mode promenade

Le tour suivant pour me rassurer, je décide de le faire a bloc ( environ 6 km ), je rattrape un coureur lâché qui prend ma roue mais il saute assez rapidement. Je me retrouve donc seul dans le vent, j'abandonne en passant devant ma voiture.

Dimanche 28 avril, c'est la deuxième manche de la cantonale à Fontaine Bonneleau à 15 minutes en voiture de la maison. Je connais bien les routes, car je m'y entraine régulièrement.

Le circuit de 15 km environ est à parcourir 4 fois. L'arrivée se situe juste après la longue descente du plateau picard. Il faudra donc y monter. Mais la bosse se situe loin de l'arrivée.

Il pleut, c'est ma première course de la saison sous la pluie.

Dés le premier tour je suis devant, cela change. Je vais toujours être parmi les 15 premiers.

C'est une course éprouvante, il y a de bons grimpeurs, il faut se maintenir devant. Paradoxalement, c'est dans la descente que cela saute. la route est mouillée. On perd des le premier tour, une vingtaine de coureurs.

Au deuxième tour, une échappée avec 3 favoris se forme. Comme on roule vite , ils n'arrivent pas à prendre trop d'avance. On les a toujours en point de mire.

Au 3ème tour, dans la descente je décide d'attaquer, mais je coince un peu, je n'arrive pas à revenir.

Dans le dernier tour, le peloton revient sur les 3 échappés avec des relais appuyés auxquels je participe.

Avant la descente, on les rejoint. Il pleut toujours, on va vers un sprint. 2 coureurs ne gardent pas leur ligne je suis obligé de freiner à 500m de l'arrivée.

Je termine 12eme. Je gagne 1 place par rapport à la première course.

Au classement du challenge après 2 courses; je suis donc 7ème. Viser le top 5 est toujours possible, mais cela va être dur.

Fortune diverse aux courses
Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 20:47

.

.

.

.

Ce lundi 6 avril, je participe à ma 3ème course de la saison à Epaumesnil, village charmant à 50 km à l'ouest d'Amiens.

Le circuit est difficile, une longue montée sur le plateau où on prend le vent propice aux bordures et une descente technique avec de nombreux virages dans le village, sur un circuit de plus de 11 km que l'on doit parcourir 5 fois.

Dés le début de la course je reste dans la dernière partie du peloton assez fourni au début ( 52 inscrits ). Il va vite maigrir et nous serons moins de 25 à l'arrivée dans le premier paquet.

en fin de groupe à 2 tours de la fin

en fin de groupe à 2 tours de la fin

Je reste tout de même vigilant. La course est dure, il n' y a pas de répit; il faut toujours être au taquet pour ne pas sauter.

Au dernier tour, j'essaie de remonter le peloton , mais c'est difficile car il ne reste que les bons grimpeurs. Un cycliste arrive à s'échapper en prenant des risques au dernier virage avant la longue montée vers l'arrivée ( environ 3 km ). Ce virage est tapissé de graviers. Ca passe pour lui. Il y aura d'ailleurs de nombreuses crevaisons dans toutes les catégories.

Le sprint s'annonce donc difficile, j'essaie d'y participer mais bof je termine 5ème du peloton soit à la 6ème place de la course.

1 2 3 4 5 en comptant celui échappé ca fait bien 6ème

1 2 3 4 5 en comptant celui échappé ca fait bien 6ème

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 20:53

.

.

.

.

Pour la deuxième course de la saison, j'ai décidé de participer à la course de Remiencourt. J'ai pris cette décision suite au changement apporté à l'organisation de la course. En effet la course de la catégorie 4 est totalement indépendante de celle des 3 et ainsi éviter tout regroupement source de chutes à répétition.

La course comprend 10 tours d'environ 5.5 km et nous sommes 72 inscrits au départ.

Comme j'en avais pris l'habitude les années précédentes, je vais décrire ma course tour par tour.

1er tour.

Au départ je suis en fin de peloton, comme il y a beaucoup de vent et qu'on l' a de face dés le début, il ne faut pas s'affoler.

2ème et 3eme tour.

Je remonte doucement dans le peloton et je finis par me trouver dans les 10 premiers.

4ème tour.

Quelques attaques fusent , j'y participe une échappée se forme à 5, il y a un cycliste de Crèvecoeur qui est costaud, mais il n' y a pas de coureurs du club organisateur. Cela chasse donc et nous sommes repris.

5ème tour,

J'essaie de reprendre mon souffle et une nouvelle échappée se forme, il y a Olivier de mon club ainsi qu'un coureur du club organisateur et 2 autres cyclistes. C'est donc la bonne.

6ème 7eme et 8eme tour.

Je suis souvent derrière et même à un moment dernier du peloton

Je suis dernier, on aperçoit la moto

Je suis dernier, on aperçoit la moto

Mais Olivier ne peut pas suivre le rythme de la course, il est aussi rattrapé par le peloton, je décide donc de remonter le peloton.

9ème et 10ème tour.

Je remonte à l'avant, je participe à la chasse pour revenir sur les échappés. Nous y parviendrons presque ( environ 5s).

Au 10ème et dernier tour, je prends la décision de suivre un bon sprinter pour être bien placé au dernier virage avant l'arrivée. Le sprint part donc de très loin, je me retrouve devant à 500m de l'arrivée. Dans le virage je ne prends pas de risque et je suis un peu débordé. Néanmoins j'essaie de revenir, je termine 10ème de la course ( 7ème du peloton . Après ma 11ème place de la semaine précédente, je fais mon premier top 10. Je suis un peu déçu de ne pas avoir pris la bonne échappée, j'avais les jambes pour suivre. Ma prochaine course se déroule le lundi 6 avril à Epaumesnil, une arrivée en côte.

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 19:21

.

.

.

Ce samedi 21 mars jour du printemps, je participe à ma première course à Airaines petit bourg à environ 30 km d'Amiens.

C'est le printemps, mais il y a un vent froid venant du nord assez fort, mais heureusement il ne pleut pas.

Suite à mon entraînement hivernal, je n'avais aucun repère. J'étais dans l'incertitude.

Mais vite je vais me rassurer. Dés le deuxième tour sur 6 que compte la course, 1/3 du peloton ne peut déjà plus suivre. Je suis avec les meilleurs heureusement.

Dans notre peloton, il y a une ancienne vice championne de France élite qui a 37 ans, qui veut reprendre la compétition. Même si physiquement, elle est encore juste, je remarque son beau coup de pédale et surtout son placement toujours parfait. Elle finira juste devant moi à l'arrivée.

Une échappée se forme mais je suis mal placé, je ne peux que regarder cela de loin.

A l'avant dernier tour, derrière le seul échappé qui reste, face au vent, je prends la tête du peloton jusqu'au passage de la ligne soit sur environ 3 km; ce peloton qui avait encore bien maigri ( une quinzaine de cyclistes sur les 47 du départ ) pour essayer de revenir, mais je n'ai aucune aide. Je finis par laisser tomber.

Déjà devant dés la première course

Déjà devant dés la première course

Je termine donc 11ème, j'ai raté le sprint car j'étais encore mal placé au dernier virage.

Mais cela reste de bonne augure pour la suite.

Ce samedi 28 mars je vais participer à ma 2ème course à Remiencourt village au sud d'Amiens à 10 km de la maison. La pluie est annoncée, cela risque d'être dangereux. Je serais donc prudent à moins de faire toute la course devant.

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article

Présentation

  • : Guy.Vasseur
  • Guy.Vasseur
  • : Vous allez suivre mon entraînement et mes compétitions cyclistes, course à pied et triathlon
  • Contact