Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 19:59

.

.

Il faut savoir écouter son corps.

Après mes 2 run and bike de l'automne 2014, j'avais remarqué une forte lassitude. De plus lorsque je me mettais à courir, des douleurs diffuses mais supportables avaient envahi mes jambes. J'avais en plus changer de chaussures . Etaient elles adaptées à ma morphologie ? Avec le recul non. J'ai même remis celles de 2013.

Lorsque je faisais du vélo, je sentais un mieux. J'avais même de meilleurs sensations que de courir.

J'ai passé Noël en famille à la Clusaz. Comme il n'y avait pas de neige, j'ai fait régulièrement de la course à pied. J'avais l'impression que cela allait mieux, que je pouvais entamer la deuxième partie de mon entrainement pour faire un marathon en fin d'hiver.

Mais mon corps et mon esprit ont dit non. J'ai repris l'entrainement vélo et l'envie de courir avait disparu. J'ai essayé deux ou trois fois de courir mais ces douleurs semblaient revenir. Je ne sais pas si c'était physique ou la peur que les douleurs reviennent. J'ai donc laissé tomber ce projet. Je prépare donc de manière classique ma saison cycliste. En janvier j'ai fait environ 900 km.

Néanmoins j'ai terminé la saison 2014 par un super cyclocross FFC à Saint Riquier, finale du challenge de la Somme. J'ai terminé 18 sur 24 ; je suis content de ce résultat. je ne suis plus avant dernier comme souvent je peux l'être. De plus j'ai réussi à tenir la moitié de la course dans le premier peloton. Mais malheureusement une chute à mi course m'a beaucoup contrarié.

Donc je ne fais plus de course à pied et je me concentre sur le vélo en l'accompagnant d'une préparation physique hivernale sous la forme de musculation.

Gainage, abdos, lombaires et squats forment les exercices de musculation.

En parallèle des sorties avec le club, mes séances de home trainer se réalisent avec un vrai programme d'entrainement: vélocité, travail de force selon des protocoles bien précis.

Ma première course de la saison aura lieu le 21 mars à Airaines: une course avec des bosses. je vais d'ailleurs privilégier ce genre de courses en 2015.

A bientôt , je vous narrerai mes exploits.

Tenue aux couleurs du Team Samara Cyclisme

Tenue aux couleurs du Team Samara Cyclisme

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 19:11

.

.

.

Ce dimanche 28 décembre, je participe à ma dernière course de l'année; à savoir le cyclocross de Saint Riquier prés d'Abbeville dans la Somme. Cette compétition est le support de la finale du challenge de la Somme qui comprenait 8 courses. Pour des raisons familiales ( 2 courses le même weekend ) ou de choix différents ( j'ai participé à 2 run and bike ) je n'ai pu faire que deux courses avec celle de Doullens.

La course va se dérouler en deux parties avant et après ma chute dans un virage apparemment anodin. Mais je vais apprendre après que de nombreux cyclistes sont tombés à cet endroit.

Donc dés le départ j'essaie de suivre le rythme du peloton composé d'une trentaine de coureurs

Je me mets régulièrement dans le rouge. J'arrive a dépasser certains cyclistes , il y a même au 2ème tour une course poursuite avec un cycliste du 76. Je me défonce pour le doubler et le distancer.

je suis dans le dur

je suis dans le dur

Au début du 3ème tour, je suis plutôt bien. J'ai une quinzaine de secondes de retard sur Jack alors que d'habitude il me met un tour. A la fin de ce tour, dans un virage anodin, ma roue arrière chasse et je tombe lourdement. Ma tête touche le sol je suis un peu sonné. Teddy qui se situe à cet endroit m'aide à me relever.

Les trois derniers tours se déroulent plus lentement. Je suis fébrile, mes virages sont passés plus lentement. je ne prends plus de risque.

Dommage , en effet les 4 membres du Team Samara cyclisme étaient venus m'encourager. je pense que cela m'a motivé au début. Je remercie Pierre Nicolas JF et Alain. cela m'a fait vraiment plaisir

Il faisait froid, mais en course on a vite chaud.

Il faisait froid, mais en course on a vite chaud.

Donc je termine plus tranquillement, je reste vigilant et j'arrive même à prendre un tour à 2 coureurs.

Voilà la saison est terminée; elle fût riche et pleine d'émotions. Et puis je finis sur de bonnes sensations bien que n'ayant quasiment pas fait de vélo depuis 3 semaines. Je me suis consacré à la course à pied. Je prépare mon défi de 2015. Je vous en reparlerai plus tard.

J'en profite pour vous souhaiter de bonnes et joyeuse fêtes de fin d'année à mes fidèles et nombreux lecteurs ( une centaine par semaine ) et je vous dis à l'année prochaine.

sous le soleil de Picardie
sous le soleil de Picardie
sous le soleil de Picardie

sous le soleil de Picardie

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 15:47

.

.

.

Ce dimanche 30 novembre 2014, je participe à mon 2ème run and bike de la saison à Saint Quentin. C'est en même temps le 4ème championnat de Picardie de cette discipline.

Contrairement à Conty, je ne le fais pas avec Anthony, il y a trop de différence de niveau entre nous deux. Je le laisse le faire avec Alain, ils ont donc une chance de bien figurer. Cela va se révéler payant, ils termineront 5ème .

sur le vélo

sur le vélo

Donc, pour être ensemble, Jean François, me propose de le faire avec lui.

Le parcours consiste à faire 5 tours de circuit d'environ 3 km après une petite boucle de 700 m pour les coureurs à pied qui partent en premier.

Jean François part donc en premier. Il fait froid et humide. Je me place dans l'entonnoir du départ. J'entends Jean François m'indiquer le passage du vélo. C'est un peu la bousculade. Ca y est je cours aussi je suis emmené par le rythme qui est trop élevé . cela me met dans le rouge rapidement.

Jean François reprend le relais. je dois essayer de le suivre , mais le terrain est tellement difficile que je n'arrive pas à le suivre. pour le rattraper sur une partie roulante, je me remets dans le rouge.

un peu compliqué de se frayer un chemin

un peu compliqué de se frayer un chemin

Le circuit comporte une partie appelée single track, je le fais en courant , ce n'est pas évident de tenir le rythme.

Run and Bike de Saint Quentin

Il y a un passage montant et glissant, je n'arrive pas à le faire sur le vélo. Jean François est devant, il prend de l'avance . je dois encore me défoncer pour revenir sur lui.

Même chose pour le passage de l'escalier.

On n' a pas été très bons dans ces passages. Courir avec un vélo me ralentit trop. Comme Jean François est plus fort que moi on aurait du faire l'inverse.

Autour du stade, il y a une obligation de passer une ligne ensemble. Je vois d'autres coureurs attendre leur pair à vélo. Pour ne pas faire attendre Jean François, je me dépouille pour revenir. C'est usant mais j'y arrive

Il faut revenir à tout prix avant la ligne de contrôle

Il faut revenir à tout prix avant la ligne de contrôle

Dans le dernier tour, je suis un peu voir même beaucoup dans le dur. J'ai mal aux jambes.

Au niveau de l'escalier à 200m de l'arrivée, je suis tellement dans le rouge que je rate tout: les marches , la remontée sur le vélo. je ne suis plus trop conscient de ce que je fais.

Jean François est obligé de m'attendre pour arriver ensemble sur la ligne. nous finissons 32 sur 51 au scratch.

à l'arrivée

à l'arrivée

Le circuit était technique

Le circuit était technique

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 19:49
Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 22:28

.

.

.

Ce dimanche 9 novembre, je participe à mon premier Run and Bike de Conty avec mon co-équipier Anthony. Nous avons préparé cette épreuve depuis plusieurs semaines en faisant des entraînements spécifiques en particulier trouver la bonne fréquence de passage de relais entre le coureur à pied et le cycliste. En effet le principe de cette course par équipe de 2 et de parcourir une distance donnée avec un VTT, celui-ci servant de témoin de relais. Il faut arriver ensemble sur la ligne d'arrivée.

Afin d'être à la vitesse maximale, nous avons décidé de faire des relais toutes les minutes. C'est dons une course en mode fractionné sur les 24 km distance que nous avons choisi de faire.

Anthony part 2 minutes avant moi, je dois le rattraper avec le VTT, je mets prés de 4 minutes pour le faire. En effet même si je suis dans le peloton de tête , le passage de relais des autres concurrents me gène dans ma progression. Dés que je le dépasse, nous faisons notre premier relais. Ca y est je dois courir, le chemin est boueux et avec de nombreuses flaques. On ne se pose pas de question , je passe à travers, les pieds sont trempés mais je suis tellement dans l'action que je ne sens rien.

Au 4ème kilomètre se présente la difficulté du parcours; une longue montée par un chemin crayeux. Anthony arrive à aller plus vite que moi à vélo; il me faudra prés de 2 minutes pour le rattraper dans la partie descendante. Quand je prends mon relais, je suis tétanisé par le gros effort dans la montée. Mais je reste concentré surtout pour ces relais car pendant ces 1 h43 temps que l'on va mettre et qui nous propulsera à la 5ème place de notre catégorie ou 11ème au scratch, on fera plus de 100 relais; 50 à descendre et 50 à monter sur le vélo.

Notre temps de passage au 12ème km est tellement fabuleux que nous aurions fini 1er de la course des 12 km dans notre catégorie et 3ème en seniors.

Néanmoins il faut faire le deuxième tour. La montée est faite différemment; je prends un relais en course à pied pour éviter que nous nous séparions. Arrivés en haut je suis moins dans le rouge mais nous sentons la fatigue , les vitesses sont moins élevées qu'au premier tour.

Dans la partie de retour vers la ligne d'arrivée sur une longue ligne droite de 4 km, nous apercevons l''équipe de Beauvais triathlon, nous essayons de revenir en vain. Nous diminuons le temps des relais ( 45 s ) car nous sommes a bloc. Je donne tout , je cours d'ailleurs de manière plus crispée car je sens des douleurs partout. Nous franchissons la ligne d'arrivée; je suis obligé de reprendre mon souffle pendant plusieurs minutes.

Malgré les efforts et la souffrance, en écrivant ces mots quelques jours plus tard, j'ai déjà envie de recommencer. J'ai vraiment kiffer comme on peut le dire maintenant.

Anthony à vélo et je cours; nous sommes à moins de 200m de l'arrivée.

Anthony à vélo et je cours; nous sommes à moins de 200m de l'arrivée.

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 17:49

.

.

.

.

Après la saison route, j'ai décidé de continuer à faire du vélo mais autrement, du VTT et du cyclocross et de reprendre la course à pied.

Donc depuis mi octobre, j'ai déjà fait prés de 100 km de course à pied, mon niveau égale déjà celui de la saison dernière.

Le 2 novembre j'ai participé à la randonnée de mon club ufolep à savoir le Team Flixecourt. J'ai donc prêté main forte à l'organisation en faisant le VTT balai du circuit de 29 km. Donc 2 heures derrière les participants, à attendre, car il y a eu des crevaisons dès le premier km.

Devant le chateau de Flixecourt. Mon sac à dos pour dépanner les retardataires
Devant le chateau de Flixecourt. Mon sac à dos pour dépanner les retardataires

Devant le chateau de Flixecourt. Mon sac à dos pour dépanner les retardataires

Puis je fais un cyclocross FFC à Doullens, je termine 9ème dans la catégorie Master.

un moment difficille

un moment difficille

Donc la course a pied et le vélo, tout naturellement je me suis orienté vers une nouvelle discipline: le run and bike.

Dimanche 9 Novembre je vais donc faire un circuit de 24 km en compagnie d'Anthony prés de Conty; petit bourg charmant a 15 km de la maison.

Nous nous sommes entrainés plusieurs fois ensemble. Nous prévoyons de faire des relais au maximum d'une minute selon le tempo suivant. Je cours 1 minute, Anthony est le VTT devant. Il me passe le VTT et c'est au tour d'Anthony de courir. je saute sur le vélo je repasse devant et ainsi de suite. Lors de nos entrainements nous faisions de belles moyennes, mais c'était sur la route sans dénivelé. Demain cela va monter et descendre et les chemins sont très gras.

On fera le max, je vais en baver mais on restera solidaire car on doit franchir la ligne ensemble.

A bientôt sur ce blog pour vous narrer cette nouvelle expérience de ma toute jeune vie cycliste.

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 17:37

.

.

.

.

Pour ma dernière course sur route de la saison, j'ai décidé de participer à la gentleman de Normanville prés d'Yvetot en Seine Maritime.

Il s'agit de faire un contre la montre par équipe de 2. Je la fais donc avec Jean François mon co-équipier du club Team Samara Cyclisme.

Il s'agit donc de parcourir 12.5 km sur un circuit vallonné avec 2 belles montées qui se succèdent à 2 belles descentes.

Nous sommes dans la catégorie 2 hommes licenciés et nous mettons en avant notre appartenance à la FFC pour courir tous les 2 sous les couleurs du Team Samara.

Gentleman de Normanville

Nous effectuons un bel échauffement car compte tenu du faible kilométrage, il faut être au top dés les premiers mètres.

Je suis un protocole de 40 minutes avec des phases d'intensité pour habituer le corps à cet exercice bien particulier.

Nous voila donc au départ, avec 2 barrières pour se tenir. Je préfère, je ne suis pas stressé car je commence à avoir l'habitude. Ce n'est plus comme la première fois où j'avais failli tomber au départ.

Gentleman de Normanville

Donc dés le départ nous sommes a bloc, JF prend le relais, je le double dans la descente et reste devant dans la 1ere montée. Puis il prend la tête et effectue un long relais car j'ai du mal à suivre. Le scénario se répète pour la deuxième bosse. Mais à la relance c'est très dur, mais il faut tout donner.

Au virage le vent nous le prenons de face pour revenir vers Normanville: endroit où est prise la photo

Gentleman de Normanville

Jean François aperçoit une équipe devant , il croit qu'il s'agit de ses cousins Nicolas et Benoit partis 2 minutes plus tôt. Mais en réalité, il s'agit de l'équipe parti 4 minutes avant nous.

Cela nous motive pour accélérer et nous les rattrapons sur la ligne. Il vont d'ailleurs nous gêner pour les doubler.

Nous effectuons donc les 12.5 km en 19'30' à la 12ème place dans la catégorie licenciés sur 33 et 16ème au scratch sur 63.

C'est une belle performance pour clore la saison sur route.

L'équipe mixte composée d' Alain et de Pascaline finit 1ère dans sa catégorie; je mets le déguisement de la mascotte du club pour fêter cela

Le héron ; la mascotte du Team Samara

Le héron ; la mascotte du Team Samara

Nous fêtons ensuite ensemble la fin de saison au casino de Mers. Même en ce lieu je n'ai pas gagné lol

Gentleman de Normanville
Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 20:41

.

.

.

Dimanche 21 septembre, nous nous levons tranquillement vers 8h , notre horaire est 10h57.

Après un bon petit déjeuner composé de lait de soja , avoine bio et gatosport, nous quittons le camping vers 9h, il faut 10 minutes pour rejoindre le départ.

Julien remplace Jean François dans notre équipe mixte, il n'est pas complètement remis de sa mésaventure. Nous installons notre matériel d'échauffement à moins de 50m du podium de départ; cela va nous être très utile.

Nous voila donc 4 sur nos home trainer

De gauche à droite : Pascaline, Julien, moi et Alain

De gauche à droite : Pascaline, Julien, moi et Alain

Pendant l'échauffement, nous entendons que les horaires de passage ont été légèrement modifiés. Pour notre cas , il est avancé de 6 minutes. Ce n'est pas trop grave, mais cela nous perturbe car le protocole est calé en fonction de cet horaire. Nous devons terminer 12 minutes avant le départ. Il faut donc l'adapter, ce que je ne sais pas faire; je supprime carrément une phase.

Nous voilà donc au départ, je tire la langue pour évacuer le léger stress qui m'envahit. Vais je réussir à tenir ? Après la déconvenue du régional va t'on faire mieux ?

Sous les couleurs de la Somme

Sous les couleurs de la Somme

Dés les premiers mètres il faut se mettre en condition. C'est parti pour 35 minutes de souffrance. Les 2 Jean François, Samuel nous suivent en emmenant un commissaire de course. mais avec nous , il n' y aura pas de souci , on a toujours roulé en respectant les règles. C'est une voiture suiveuse et non ouvreuse, nous ne nous poussons pas et quand on est juste on le crie et le groupe ralentit. Nous arrivons tous ensemble sur la ligne d'arrivée. C'est l'esprit d'équipe.

Donc la première partie avant le virage a droite et la première bosse se fait facilement. Inutile d'en faire trop, je prends 2 relais. Mais dans ma tête je redoute la succession des 3 bosses dont une avec des pentes supérieures à 10%.

Les 2 premières se passent bien, nous restons groupés , mais dans la relance après la bosse la plus sévère, je sens mon cœur est déjà très haut . Ca va finir mal ?

Dans la traversée du village , avec la succession de virages , je prends un peu le vent et patatras en essayant de revenir je craque . Je crie pour faire ralentir, mais on ne m'entend pas. Je fais quasiment 500 m à 50m derrière; j'y laisse beaucoup de forces. Alain me voit enfin, il laisse filer Pascaline et Julien pour venir me rechercher.

Alain me ramène vers Pascaline et Julien

Alain me ramène vers Pascaline et Julien

Je suis explosé, Alain le voit et me crie " Guy comme a l'entraînement , prends ma roue" Et la miracle le mental fait tout. J'enlève 2 ou 3 dents et je m'accroche et pourtant j'étais fini. Le cœur redescend par contre j'ai très mal aux jambes. J'arrive donc à recoller et je me sens beaucoup mieux. Il faut repartir de l'avant.

A mi parcours, Alain donne ses dernières instructions, nous demande de boire et nous dit que tout se joue là au retour vers Saverne vent de face.

Nous sommes en ordre de marche, bien en file indienne pour profiter un maximum de l'aspiration.

A quelques mètres de l'arrivée, nous sommes bien groupés, j'arrive même à sprinter et je passe devant.

Championnat de France CLM de Saverne: 2ème journée

Nous terminons donc 8ème à 9 secondes du 7ème et 14 secondes du 6ème, nous ne faisons pas de la figuration.

Je suis très satisfait.de notre résultat ! Ah si je n'avais pas craqué, on pouvait finir 6; mais il ne faut pas regretter; on a tout donné.

Après la course et avant la cérémonie officielle, nous goûtons aux spécialités locales et nous sommes très heureux. C'est beau le vélo.

Championnat de France CLM de Saverne: 2ème journée
Championnat de France CLM de Saverne: 2ème journée
Championnat de France CLM de Saverne: 2ème journée
Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 17:23

.

.

Je participe pour la troisième fois au championnat national Ufolep de contre la montre a Saverne le weekend des 20 et 21 septembre 2014.

Je me suis mieux préparé que les années précédentes où j'avais fait de piètres résultats en particulier en individuel 48ème sur 50 dans ma catégorie d'âge.

Mais ce fût un weekend très mouvementé.

Nous quittons donc Amiens en début d'après midi pour rejoindre Saverne, je suis avec Jean François mon ami cycliste président du club ou j'assure aussi la fonction de trésorier et de vice président.

Nous arrivons a Saverne vers 17 h et comme je suis en même temps le responsable de la délégation Somme je dois assister au briefing.

Il y a une nouveauté , pour éviter des tricheries répétitives surtout pour les équipes mixtes; il a été décidé de mettre un commissaire dans chaque voiture suiveuse. Cela va avoir une conséquence importante sur le niveau des performances. En effet au régional j'avais terminé dernier tant en individuel qu'en équipes: un désastre. Mais j'avais appris que de nombreuses équipes avaient utilisé un stratagème qui apparemment était déjà connu depuis au moins 2 ans. Les 2 plus forts de l'équipe poussaient la fille la plus faible sur de longues distances , il ne s'agissait pas de poussette comme on a l'habitude de voir. J'étais donc intervenu auprès des instances nationales pour y faite mettre un terme.

Donc il est déjà 18h quand nous décidons de faire une reconnaissance, nous la terminerons dans le noir aux phares des voitures.

Le circuit est très dur ; 2 cotes qui se succèdent dont une avec un pourcentage de 10%, puis un long faux plat de 1 km avant de retourner vers Saverne avec des petits coups de cul avec le vent de face. Le circuit fait 23 km avec 242m de D+.

Nous avons réservé un cottage dans un camping tout prés de Saverne. Nous nous couchons vers 11h et vers 5 h du matin, JF me réveille car il a des douleurs insoutenables au ventre.

Il s'en suit diverses décisions dont je ne détaillerai pas la teneur s'agissant s'un cas personnel. Il en résulte que je me retrouve aux urgences a 10h du matin avec lui alors que ma course démarre à 11h01.

J'arrive donc au départ à 10 h20, le temps de me changer, de préparer le matériel, je ne fais qu'un échauffement de 20 minutes.

Alain a pris la décision de me suivre avec un mégaphone.

Ca y est 11h01, je fonce, Alain m'encourage et je donne tout en pensant à JF qui est aux urgences.

Alain me guide me dit quand il faut enlever une dent ,en mettre une, se mettre en danseuse.

Je me souviens qu' à un moment il me dit d'enlever une dent mais j'ai trop mal je ne m'exécute pas de suite; j'entends alors d'une voix forte et ferme : " Guy je t'ordonne d'enlever une dent " Je le fais , j'ai l'impression que je vais mourir.

Cela va être comme cela jusque l'arrivée ; je parcoure les 23 km en 38'40'' je finis 40 sur 51 je gagne 8 places par rapport a 2013. Je suis content compte tenu des circonstances. je ne suis plus dans les profondeurs du classement.

Entre temps Pascaline qui va participer avec moi au CLM par équipes du lendemain, est championne de France , elle me distance de 2 minutes :la classe. Je sens que je vais souffrir, mais nous fêtons sa victoire entre amis le samedi soir.. Mais je reste très raisonnable; juste une coupe de champagne.

Et non , elle n'est pas en chocolat

Et non , elle n'est pas en chocolat

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 20:25

.

.

.

Pour le 30ème anniversaire de mon gravé accident de voiture du 8 Août 1984, où j'avais failli tout perdre, j'ai décidé de monter le Mont Ventoux par les 3 cotés le même jour. Pour des raisons de commodité, car je dois rentrer le 9 Août, je préfère le réaliser le 7 Août 2014.

Lorsqu'on réalise les 3 montées le même jour, on devient un cinglé du Ventoux, ce qui est à l'origine du titre de l'article.

Je vais donc vous raconter cette aventure, cette journée formidable, un rêve qui s'est réalisé malgré la difficulté, une belle revanche sur ce mauvais jour du 8 Août 1984.

Je me lève donc à 6heures du matin, j'avais tout préparé la veille.

Je prends un bon petit déjeuner, j'avais d'ailleurs suivi depuis 3 jours un bon régime " sucres lents".

Donc à 7h je quitte la villa de Vaison la Romaine où nous passons en famille nos vacances.

Il faut 1/2 heure pour arriver à Malaucène, lieu de ma première montée.

Au village dés le virage à gauche cela monte: 21 km de montée à 7.5% de pente moyenne.

Les premiers km sont avalés facilement, vue l'heure, il n' y a pas beaucoup de monde. Néanmoins je rattrape un couple de cyclistes, je discute avec eux et sans me rendre compte je fais le premier passage a plus de 11% sans difficulté. je me sens bien.

Je laisse le couple qui n'avance vraiment pas vite et je pédale dans une espèce d'euphorie grisante. je sais qu'il y a un gros passage à 12% sur environ 3 km avant d'arriver à Saint Serein. Puis un faux plat avant d'attaquer les 6 derniers km où on aperçoit le fameux observatoire.

Je mets donc environ 1h58 pour arriver au sommet où je prends une photo en faisant 1 avec le pouce: la première montée est faite il n'est que 9h30. Les conditions sont idéales: il n' y a pas de vent , il fait même plutôt frisquet là haut. Il faut mettre obligatoirement le coupe vent pour redescendre.

le pouce pour faire 1 et pour dire tout va bien

le pouce pour faire 1 et pour dire tout va bien

Avant d' entamer la 2ème montée , il faut d'abord redescendre. C'est idiot mais il ne faut pas négliger cet aspect. Une chute peut si vite arriver.

Je mets moins de 30' pour parcourir les 20 km avant d'apercevoir le panneau Bédoin, coté que j'ai choisi à faire maintenant.

C'est la montée la plus célèbre et la plus difficile avec son passage dans la forêt de 10 km à 10% de pente. 20 km pour monter plus de 1500m de dénivelé.

Il y a nettement plus de cyclistes. C'est même impressionnant: cela se compte en centaines.

Je rattrape un cycliste dont je connais le maillot du club en l'ayant vu plusieurs fois sur la toile. Je lui parle de Rémi il connait surtout son père François. On va faire toute la montée ensemble en environ 2 heures. C'est bien car cela permet de s'encourager. Sur la partie en mode paysage lunaire, un jeune cycliste de 15 ans me rattrape et se met à discuter avec moi et me suis car il me dit que j'ai un bon coup de pédale et que j'ai un rythme régulier.

En effet j'ai quasiment tout monté sur le 24x27 sur les conseils d'Alain. Il ne faut pas emmener de trop gros braquets, car je vais passer plus de 8h30 à pédaler dont 6h de montée. J'arrive donc en haut où je fais la deuxième photo.

Ma famille est venu me rejoindre en voiture, il fait frais environ 10 degrés, je mange donc dans la voiture car il est déjà midi. Je prends le soin de bien me nourrir avant de redescendre pour la dernière montée. Je remplis aussi mes poches et fais le plein des 2 bidons.

Au revoir Martine, Emeline et Quentin, rendez vous à Vaison vers 16h30, en espérant ne pas les revoir plus tôt ce qui voudrait dire que mon défi serait raté.

2  comme le nombre de montée mais pas encore le V de la victoire, il faut rester modeste face au Ventoux.

2 comme le nombre de montée mais pas encore le V de la victoire, il faut rester modeste face au Ventoux.

Ca y est je redescends donc pour la deuxième fois le Mont Chauve. Cette partie entre le sommet et le chalet Reynard, je l'ai déjà faite il y a plus de 2heures. Il fait toujours aussi frais mais la température se réchauffe vite, mais le vent souffle un peu plus fort.

Je n'oublie pas de bifurquer au Chalet Reynard pour me diriger vers Sault. J'avais déjà fait cette descente 10 jours auparavant lors d'une sortie que j'ai intitulé autour du Ventoux.

La longueur est nettement plus importante, ce coté est le plus long :26 km et comme Sault est environ 400m plus haut que Bédoin ou Malaucène, la pente moyenne est nettement réduite.

A mi descente je dois m'arrêter pour enlever mon coupe vent, je commence à avoir trop chaud. Paradoxalement 1 km avant Sault la route s'élève , ca fait un peu mal aux jambes.

Arrivé à Sault au niveau de l'Office de Tourisme, je fais demi tour et je repart pour ma dernière montée.

Cela débute bien par une descente mais le vent s'est levé. je l'ai de face. Dès les premiers mètres en montée, je ressens un drôle de malaise, j'ai les jambes coupées, je n'arrive plus a appuyer sur les pédales. Je ne m'affole pas, je mets tout à gauche et je mouline tranquillement. Je fais cela sur environ 10 km soit pendant 1heure. je pense que c'est la meilleure solution que de s'arrêter et de faire des étirements. Bizarrement sur les 10 km suivants avant le chalet Reynard la forme revient. Les pentes que je montais péniblement à 10, j'arrive maintenant à les faire a 18 20 km/h. J'ai donc fait le bon choix.

J'arrive donc au Chalet Reynard relativement en bonne disposition il est 15h20. Il me reste 6 km.

Je fais une petite pause pour me réalimenter et bien boire. Chaque km parcouru sur cette dernière ascension, me rapproche du bonheur. Plus que 5 4 3 au détour de virages j'ai le vent de coté de face ou dans le dos, mais il n'est pas tempétueux.

Le dernier km est presque une délivrance, il est écrit sur la route 500 m puis 300 m, le dernier virage un petit sprint tout de même et me voilà au sommet pour la troisième fois.

DEFI REUSSI, je suis un cinglé du Ventoux.

Je prends la dernière photo grâce à une cycliste qui me demande pourquoi je fais 3 avec la main. Quand je lui disque c'est ma 3eme montée du jour, elle me félicite et reste bouché bée.

Et de 3

Et de 3

Maintenant il faut faire la dernière descente vers Malaucène. Je suis rattrapé par un cycliste belge. Nous restons ensemble et je tutoie les 80 km/h. Je suis pressé d'aller boire une bonne bière blanche dans un bar de Malaucène. C'est un régal !

Voilà quelques chiffres de cette belle aventure:

8h37 à pédaler pour 9h29 de temps total

157 km dont 67 de montées

4445 m de dénivelé positif

1ere montée en 1h58 pour 21 km

2éme montée en 2h06 pour 20 km

3ème montée en 2h11 pour 26 km

Repost 0
Published by Guy Vasseur
commenter cet article

Présentation

  • : Guy.Vasseur
  • Guy.Vasseur
  • : Vous allez suivre mon entraînement et mes compétitions cyclistes, course à pied et triathlon
  • Contact